Lorsque vous aurez pris votre décision, nous fixons ensemble une date d’intervention.
Un consentement éclairé vous sera remis au moins quinze jours avant l’intervention, il devra être signé le jour de l’intervention. Il reprendra les règles générales ainsi que le projet opératoire vous concernant c’est-à-dire le résumé des décisions prises relatives à la stratégie générale et à la surface à couvrir.

Nos instructions pré-opératoires :

  • Arrêt de la prise de vitamine E 3 semaines avant l’intervention
  • Eviter l’usage d’anti-inflammatoires ou d’aspirine 7 jours avant l’opération.
  • La prise de tout autre médicament pouvant augmenter le saignement doit également être interrompue une semaine avant l’intervention : sintrom, plavix, etc.
  • Ne pas consommer de multi-vitamines telles que la vitamine B et C une semaine avant l’opération.
  • Eviter les boissons contenant de la caféine la veille et le jour de l’intervention.
  • Ne pas consommer de boissons alcoolisées 3 jours avant l’intervention.
  • Ne pas fumer, ni consommer de produits à base de tabac 24 heures avant l’intervention.
  • Lavez vos cheveux le matin de l’intervention, ne pas appliquer de laque, gel ou autre lotion capillaire.
  • Prenez un petit déjeuner avant de venir à la clinique.
  • Portez des vêtements confortables, une chemise à bouton ou un t-shirt à large ouverture sur le devant.
  • Interdiction totale de conduire le jour de l’intervention, faites-vous accompagner ou passer la nuit à Bruxelles.
En cas de prise de médicaments, il est important de nous en informer avant l’intervention afin de nous permettre de prévoir toute interaction potentielle avec les anesthésiants donnés lors de l’intervention.
  • Bilan sanguin avec un complet formule, test de sérologie HIV, Hépatite B, Hépatite C. La sérologie réalisée permettra de prendre des précautions particulières notamment le traitement adéquat sous conseil du virologue en charge du patient. Cela permet aussi de protéger l’équipe médicale en faisant un traitement prophylactique immédiat en cas d’exposition accidentelle.
  • Les antécédents personnels et familiaux sont aussi très importants afin de prévenir tout problème potentiellement lié à la chirurgie et verifier les contre-indications à la chirurgie.

Juste avant l’intervention :

  • Valium – benzodiazépines : une benzodiazépine sera donnée une demie-heure avant l’intervention afin de diminuer l’anxiété du patient et de ce fait diminuer les doses d’anesthésiant à administrer. On évitera de la sorte l’effet toxique parfois observé lors d’injection de grosses doses d’anesthésiant.
  • Paracétamol : il sera également pris par le patient dans le but de diminuer l’inconfort occasionné par les premières injections d’anesthésiant.
  • Anesthésie locale.
  • Zone donneuse (FUT) : injection au niveau inférieur de la surface à prélever, la dose dépendra du seuil de sensibilité à la douleur d’un chacun. Lors d’une FUE, l’anesthésie se fera progressivement selon la surface à prélever. Parfois un bloc occipital sera nécessaire (anesthésie d’un grand tronc nerveux occipital pour diminuer le nombre d’injections locales).
  • Zone receveuse (FUT et FUE) : injection le long de la ligne frontale et/ou autour de la zone à couvrir afin de rendre toute la surface insensible; la dose injectée variera également d’un individu à l’autre. On peut aussi recourir à un bloc supra-orbitaire pour diminuer les injections locales.

Dans le décours de l’intervention, il sera parfois nécessaire de renforcer l’anesthésie de manière ponctuelle. Quand cela devient répétitif, un bloc d’un grand tronc peut s’avérer nécessaire.