La réparation de cicatrices est également une spécialité du Docteur Lupanzula. En effet, de nombreux patients font appel à nos services afin de diminuer une cicatrice trop importante d’une intervention précédente. En effet, certaines cicatrices sont conséquentes et visibles lorsque les cheveux sont courts ou relevés.

Ces cicatrices sont souvent la conséquence d’une mauvaise évaluation pré-opératoire. Le patient vient alors à notre clinique en vue d’une réparation de cicatrice(s). 

A propos de la zone donneuse

FUE

La technique consiste à prélever des unités folliculaires tout en préservant la zone donneuse. Il faut alors prélever 15 à 25 % de la surface totale donneuse répartie de telle sorte qu’une harmonie est conservée dans les cheveux restants et surtout pour éviter une confluence des micro-cicatrices qui en ferait alors de plus grandes cicatrices donnant ainsi un “aspect mité”. Il faut également l’usage d’un punch d’un diamètre inférieur ou égal à 1 millimètre (0,75 ; 0,8 ; 0,85 ; 0,9 ; 1,0 mm de diamètre) permettant de faire une incision circulaire autour de l’unité folliculaire à prélever jusqu’à une profondeur allant à mi-hauteur du derme (+/- 5mm). L’unité folliculaire est alors extraite en utilisant des micro-forceps par simple traction.

Les indications :

  • les personnes ne désirant pas de longues cicatrices visibles à l’occiput voire les côtés de la tête;
  • les personnes pouvant facilement développer des cicatrices hypertrophiques et élargies;
  • les personnes n’ayant plus suffisamment de zone donneuse pour prélever de STRIP;
  • les personnes ayant un cuir chevelu sans aucune laxité du tout donc s’exposant à une fermeture très difficile si un STRIP est osé avec un risque élevé de nécrose.

Les avantages :

  • cicatrices de très petit diamètre donc par conséquent très peu visibles pour autant que le prélèvement a été bien reparti sur une large surface du cuir chevelu tout en conservant des cheveux entre ceux prélevés;
  • guérison rapide (une semaine) de la zone donneuse par conséquent retour rapide à une activité socio-professionnelle normale;
  • n’est plus vraiment réservée qu’à un seul type de patient.

Les inconvénients :

  • s’il y a eu un prélèvement excessif (“overharvesting”), il y a un risque de cicatrisation confluente avec comme résultat des cicatrices larges et visibles à l’oeil nu (aspect mité). Cet aspect mité sera également observé lorsque des punchs de diamètre important (> 1,0 mm) ont été utilisés.
  • le facteur temps lors du prélèvement : il faudra plus de temps pour prélever la même quantité de greffons que lors d’une FUT car les greffons sont ici extraits un par un. La dextérité de l’opérateur est importante. Mais une extraction journalière sera limitée de 1500 à 2200 unités folliculaires.
  • le taux de trans-section peut être considérable pour des mains non expérimentées.
  • le coût d’une FUE est plus élevé car le travail est plus minutieux impliquant beaucoup de la part du médecin de la dextérité, de l’expérience et de la patience.

Zone donneuse FUE exemple
Zone donneuse FUE exemple
Zone donneuse FUE exemple
Zone donneuse FUE exemple

FUT

Les dimensions de la bandelette à prélever lors d’un FUT sont fonction de la laxité du cuir chevelu et du nombre d’unités folliculaires au cm2 c’est-à-dire de la densité.
La laxité du cuir chevelu (souplesse) variera d’une personne à une autre et aussi d’une zone à une autre chez la même personne. Un massage régulier du cuir chevelu durant les deux mois précédant l’intervention sera conseillé à ceux dépourvus d’une bonne laxité. Cet exercice permet de gagner quelques millimètres de laxité. Cette dernière déterminera la largeur de la bandelette que peut se permettre de prélever le chirurgien.
En connaissant le nombre de greffes nécessaires pour couvrir une certaine surface, la mesure de la densité permettra d’évaluer avec précision les dimensions (longueur x largeur) du STRIP à prélever.
Une fois la bandelette prélevée, une suture dans un plan profond avec du fil résorbable permet de réduire la tension dans les tissus sous cutanés permettant l’obtention d’une fine cicatrice de 0,2 à 1,5 mm de large.
De manière occasionnelle, on peut constater des cicatrices élargies. Plusieurs origines probables :

  • Vascularisation diminuée avec un apport très pauvre de sang à la cicatrice; ceci est souvent observé dans certains cas de “révision” de cicatrice.
  • Tension élevée sur la suture.
  • Une tension extrême au niveau de la plaie après la suture, tension liée à un oedème post-opératoire important.
  • Une laxité trop importante du tissu. 
  • Cicatrisation intrinsèque propre à chaque patient.

Zone donneuse FUT exemple
Zone donneuse FUT exemple